Les filles sont plus inactives parmi les adolescents sédentaires.

Une étude montre que les jeunes, surtout les filles, de plusieurs pays du monde pratiquent moins d'activité physique que ce qui est recommandé. Les effets néfastes d'un mode de vie sédentaire sont bien connus du corps médical. L'inactivité est liée à plusieurs types de cancer, à l'hypertension, à l'obésité, aux crises cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux, au diabète, aux problèmes musculo-squelettiques tels que l'ostéoporose, entre autres maladies. D'autre part, la science découvre, chaque année, davantage de bienfaits des exercices physiques pour la santé physique et mentale.

Lorsqu'elle est pratiquée pendant l'enfance et l'adolescence, l'activité physique, selon plusieurs études, apporte des bénéfices cardiorespiratoires, musculaires et osseux, aide à contrôler le poids et a un impact positif sur le développement cognitif et le comportement social. Faire de l'exercice pendant la jeunesse apporte des résultats positifs qui perdurent à l'âge adulte.

L'OMS recommande aux adolescents de pratiquer au moins 60 minutes d'activité physique modérée ou vigoureuse cinq fois par semaine. Seuls 2 adolescents sur 10 dans le monde répondent à la recommandation de l'OMS.

En France, le taux de jeunes sédentaires n'est pas très différent du taux mondial : 83,6 adolescents ne pratiquent pas la quantité d'activité physique recommandée par l'organisation.

Les raisons d'un mode de vie sédentaire

Les chercheurs de l'OMS n'indiquent pas les raisons spécifiques du nombre élevé de jeunes sédentaires, mais évoquent quelques possibilités.

En avril 2019, l'OMS a publié des lignes directrices pour guider les parents sur les risques de surexposition des jeunes enfants aux appareils numériques, allant jusqu'à contre-indiquer totalement l'utilisation de ces appareils par les enfants de moins d'un an.

L'une des raisons de l'inquiétude de l'organisation est précisément le mode de vie sédentaire. Une autre étude, publiée par l'American Heart Association en 2018, avait déjà mis en garde contre l'augmentation de la sédentarité et de l'obésité chez les enfants et les adolescents, qui passent généralement environ 8 heures par jour à des activités sédentaires, impliquant principalement des appareils numériques tels que les tablettes et les téléphones portables.

Une autre raison considérée par les experts de l'OMS est le manque d'encouragement de l'activité physique dans le milieu scolaire. La plupart des écoles offrent peu d'heures d'activité physique, gratuite ou dirigée, dans leur programme.

L'absence de politiques de sécurité publique et de planification urbaine dans de nombreuses villes peut également être l'une des raisons qui éloignent les jeunes des activités de rue, telles que la marche et le vélo.

Pour l'une des coordinatrices de l'étude, le Dr Fiona Bull, il est nécessaire d'investir dans des politiques publiques qui encouragent toutes les formes d'exercice physique, et tant la famille que les autorités scolaires et politiques devraient être impliquées dans des politiques et des actions visant à encourager ce type d'activité. "Notamment par le biais d'une éducation physique qui développe le savoir-faire physique, d'un plus grand nombre de sports, de jeux actifs et de possibilités de loisirs, et de la mise en place d'environnements sûrs pour que les jeunes puissent marcher et faire du vélo seuls", dit-elle.

Pour les chercheurs et les spécialistes de la santé, investir dans l'encouragement de l'exercice physique, c'est investir dans la prévention des maladies chroniques, et donc réduire les coûts des systèmes de santé.

Filles sédentaires

Une donnée de l'enquête a retenu l'attention des chercheurs de l'OMS. Lorsqu'on les sépare par sexe, le nombre de filles sédentaires dépasse celui des garçons inactifs dans tous les pays étudiés sauf quatre (Zambie, Samoa, Tonga et Afghanistan). Cette différence ne semble pas, selon l'étude, être influencée par des facteurs économiques, et tant les pays moins développés, comme l'Arménie, le Sénégal et l'Albanie, que les pays économiquement plus développés, comme la France, l'Australie et la Finlande, présentent des différences entre les sexes.

En France, 78 garçons ne sont pas assez actifs physiquement, tandis que 89,4 filles sont moins actives qu'elles ne devraient l'être. Les garçons des pays à faible revenu ont tendance à être plus actifs que ceux des pays plus riches ; en revanche, le revenu ne semble pas affecter le taux d'activité physique des filles, qui est presque toujours bien inférieur à celui des garçons.

Aux États-Unis, par exemple, 64 garçons âgés de 11 à 17 ans font moins d'exercice que ce qui est recommandé, tandis que 80,5 % des filles sont inactives. Au Royaume-Uni, l'écart entre les sexes est d'un peu plus de 11 %.

L'idée que les garçons sont plus agités et actifs que les filles est enseignée dès la petite enfance. D'autre part, il est courant que les filles soient encouragées à jouer à des jeux plus calmes, comme jouer à la poupée ou à la maison. Les garçons, en revanche, reçoivent très tôt des jouets comme des ballons, des épées et des planches à roulettes, et apprennent plus souvent à apprécier les sports d'équipe comme le football.

Cette différence d'encouragement est également soulevée par les chercheurs de l'OMS, qui citent des projets tels que le programme britannique This Girl Can comme des initiatives réussies pour inciter les filles et les femmes adultes à être plus actives physiquement.

Aux États-Unis, une large couverture médiatique des événements sportifs, une forte incidence des clubs de sport avec des infrastructures offrant des activités accessibles et un grand nombre de sports d'équipe organisés sont cités comme des mesures qui font du taux de garçons actifs l'un des plus élevés parmi les pays étudiés. Malheureusement, les filles américaines ne bénéficient pas des mêmes incitations, ce qui se reflète dans le taux élevé de filles inactives ou non actives aux États-Unis.

Exemple à la maison

Une étude publiée dans le journal international de pédiatrie a révélé que les enfants de parents physiquement actifs ont six fois plus de chances de pratiquer une activité physique. En effet, les enfants et les adolescents ont tendance à répéter leurs comportements et ne sont pas toujours perméables aux discours.

Une autre raison est que les parents plus actifs sont plus susceptibles de pratiquer des activités physiques ludiques que les adultes sédentaires. Ils encouragent également une plus grande activité physique parce qu'ils en comprennent les avantages.

Les filles, encore plus que les garçons en raison des différences culturelles, doivent être encouragées à s'adonner à des jeux qui incluent le mouvement, comme sauter à la corde, faire du vélo, courir en plein air et nager. Il n'y a aucune raison biologique pour que les filles soient moins actives que les garçons, et aucune bonne raison pour que les enfants et les adolescents soient physiquement inactifs.

 

5 raisons qui mènent les adolescents vers l’alcool
Comment le yoga aide les adolescents dans leurs vies ?

Plan du site