Les enfants et les adolescents sont aussi touchés par la dépression

Même s'il n'existe pas d'explication unique pour tous les troubles du comportement chez les enfants et les adolescents : Derrière l'agressivité, ainsi que derrière d'autres anomalies ou symptômes physiques, la dépression peut être présente. l'"Alliance berlinoise contre la dépression" le souligne, surtout au vu de la discussion parfois simpliste sur la violence à l'école.

La dépression chez les enfants est souvent détectée tardivement

Dans l'ensemble, le thème de la dépression dans l'enfance et l'adolescence est parfois négligé. Cela tient au fait que les symptômes diffèrent généralement de ceux des adultes déprimés et que les parents et les médecins pensent trop rarement que l'enfant peut souffrir de dépression. Le résultat est souvent que le traitement spécialisé est donné beaucoup trop tard. Il n'y a pas si longtemps, les experts pensaient que la dépression chez les enfants ne pouvait même pas exister. Il est désormais clair qu'environ deux enfants sur cent en âge de fréquenter l'école maternelle et primaire souffrent de dépression. La fréquence augmente à partir de la puberté. Globalement, la possibilité de souffrir de dépression pendant l'adolescence se situe entre 9,4 % et 18,5 % (selon divers chiffres de la littérature spécialisée).

Dépression infantile : comment se déclenche-t-elle ?

Il peut s'agir - mais pas nécessairement - d'expériences vécues dans la petite enfance ainsi que d'un décès ou d'une séparation dans la famille ou de proches parents. Si les parents sont déprimés, cela peut également affecter la progéniture. Il est désormais incontesté dans les milieux professionnels que les composantes de l'environnement personnel et les facteurs biologiques jouent un rôle dans le fait qu'une personne soit ou non susceptible de souffrir de dépression. Des facteurs sociaux tels que l'inégalité sociale, l'origine migratoire et les exigences excessives en matière de performances, mais aussi l'"arbitraire" ou la négligence dans l'éducation sont également considérés comme des facteurs aggravants de la maladie mentale chez les enfants. D'autres facteurs entrent en compte comme les penchants pour les addictions (alcool, drogues, réseaux sociaux), qui sont autant des symptômes que des conséquences de la dépression.

Dépression chez les adolescents : les symptômes

Les symptômes varient non seulement en fonction de l'âge, mais aussi beaucoup d'un cas à l'autre, de sorte qu'il peut être difficile de distinguer une tristesse "normale" chez les enfants et surtout pendant la puberté. Les parents, les enseignants et les médecins négligent trop souvent la dépression. Des conseils erronés comme "Ressaisis-toi" contribuent également au fait que la dépression n'est pas traitée. De plus, les patients et leurs familles ont peur d'être étiquetés comme "fous". Chez les enfants, les signes de dépression sont presque toujours atypiques. Ce n'est qu'à l'adolescence qu'ils ressemblent à ceux des adultes. Avec les jeunes enfants, il est particulièrement important d'observer leur comportement en matière de jeu, d'alimentation et de sommeil. Pour les enfants plus âgés, il faut également respecter les exigences de performance. Il est également particulièrement important de demander aux parents, aux enseignants ou aux éducateurs de la maternelle. En fin de compte, seuls les spécialistes et les psychothérapeutes peuvent assurer le DIAGNOSTIC. Une coopération étroite avec les médecins de famille est donc particulièrement importante.

Traitement des enfants et des adolescents dépressifs

Le traitement des enfants et des adolescents dépressifs consiste initialement en une psychothérapie, à laquelle la famille est généralement associée. Une intervention dans le milieu de vie peut également être indiquée. Dans certains cas, l'administration de médicaments antidépresseurs est également nécessaire, qui doivent être adaptés précisément à l'âge du patient et au type de dépression. Même si une attention particulière est nécessaire lorsqu'il s'agit de médicaments psychotropes, surtout chez les enfants et les adolescents : ils sont meilleurs que leur réputation. Ici, les "préjugés idéologiques" peuvent être nuisibles. Le traitement hospitalier des enfants et des adolescents déprimés dans des cliniques spécialisées n'est nécessaire que dans les cas particulièrement graves.

Le rôle de l'entourage

Les soignants, les enseignants, les parents et les autres adultes de l'environnement immédiat peuvent contribuer à éviter un retard de diagnostic et de thérapie en prêtant attention aux changements de comportement tels que les baisses de performance, le retrait social, l'irritabilité constante, la tristesse fréquente ou même les expressions suicidaires. Cependant, ils ne doivent ni poser un diagnostic ni fournir une thérapie, mais transmettre leurs impressions et apporter une aide. Des facilités de soutien sont également disponibles pour les enseignants. Il existe d'autres paramètres importants pour tous ceux qui s'occupent d'enfants et d'adolescents souffrant de dépression : accepter, communiquer que c'est une maladie au même titre que les troubles physiques, les intégrer dans les cours et la vie sociale sans les surcharger, leur offrir un espace de détente sans accepter un comportement perturbateur, les encourager à faire de petits pas et leur donner un retour positif même en cas de petits succès. Dans le cas d'une dépression très grave associée à des pensées et des expressions de tendances suicidaires, il est certainement approprié de faire de la question un sujet de discussion ; cependant, cela ne devrait pas être fait, par exemple, dans un cadre scolaire. Même si le problème est communiqué de manière bien intentionnée, les conséquences sont difficiles à évaluer, entre autres parce que pratiquement personne ne demandera devant les autres élèves s'il est en danger. Les imitations (effet Werther) ne sont pas non plus à exclure. Il est plus favorable de faire connaître de manière générale l'aide disponible pour les jeunes en situation de crise. Pour conclure, les enfants et les jeunes peuvent également être déprimés. La distinction entre une humeur normale et une maladie doit être faite par des spécialistes. Le traitement a de très bonnes chances de succès. Et : l'environnement de la personne concernée peut contribuer dans une large mesure à la reconnaissance et au rétablissement en temps utile.
Les médias sociaux rendent les adolescents accros
Comment prendre soin de la santé mentale des adolescents ?

Plan du site